Essaimage, l’action de prospective territoriale pour l’Entre-Sambre-et-Meuse

 

 

Le BEP a réalisé une étude de prospective territoriale dans l’arrondissement de Philippeville. Appelé Essaimage, le projet a débuté en janvier 2015 et s’est traduit par une mobilisation des acteurs locaux avec pour objectif d’identifier des actions concrètes pouvant être mises en œuvre à l’horizon 2025-2030 et dans le but de favoriser le redressement économique de la région.

Un territoire unique en Wallonie

Le territoire de l’Entre-Sambre-et-Meuse est caractérisé par des spécificités qui le rendent unique en
Wallonie :

  • Territoire rural mais aussi territoire de tradition industrielle, marqué par la reconversion ;
  • Territoire éloigné des centres urbains et souffrant d’un certain enclavement ;
  • Territoire dans lequel l’infrastructure (route et parcs industriels) a tardé à se renouveler.

Ces caractéristiques ont pour conséquence un décrochage économique par rapport à la moyenne wallonne. C’est dans ce contexte que l’ensemble des forces politiques locales (Parlementaires, Membres du Collège et du Conseil provincial et Membres des Collèges communaux) ont souhaité s’engager dans une démarche de prospective territoriale afin de dégager des perspectives d’avenir et d’engager les mutations nécessaires.

Des ateliers participatifs autour de 4 thématiques

Un consortium de consultants spécialisés dans ce type de démarche (COMASE, société de conseil en management et en organisation et Pro-Te-In, spin-off de l’institut Destrée spécialisée en prospective territoriale) a été désigné par le BEP. Leur travail a débuté par une série de rencontres des acteurs clés, de visites de terrains et l’analyse de données pertinentes existantes par rapport au territoire. Après cette première phase de diagnostic, des ateliers participatifs ont été mis sur pied autour de 4 thématiques :

  • L’économie, les infrastructures, la valorisation des ressources ;
  • Le cadre de vie, la culture et le tourisme ;
  • Le capital humain et les besoins sociaux ;
  • L’arrondissement dans son environnement transrégional.

Un Comité de pilotage, composé d’élus et d’acteurs de terrain a été mis sur pied pour donner les orientations et impulsions nécessaires et pour valider les différentes étapes.

Cette démarche participative a permis à une centaine d’acteurs locaux des secteurs économique, touristique, associatif, social, culturel, syndical, politique,… de prendre part de manière active à l’identification des enjeux, à l’élaboration d’une vision commune, à la définition des axes stratégiques et, au final, d’un plan d’actions.

 

 

 

 

 

Définir les enjeux structurants

La première série d’ateliers, menés avec les forces vives du territoire organisés en mars 2016, a permis de mettre en exergue une vingtaine d’enjeux structurants.

A travers ce travail d’intelligence collective, deux ambitions ont été définies comme prioritaires :

  • l’émergence de l’innovation en milieu rural ;
  • l’augmentation de la valeur ajoutée produite localement, au bénéfice d’une augmentation qualitative et quantitative de l’emploi.

11 thématiques identifiées

La deuxième série d’ateliers participatifs, en juin 2016, était centrée sur la vision et les réponses à apporter aux enjeux. Elle a permis d’identifier 9 grapes de projets et 2 projets stratégiques immédiats :

  • « Ruralité intelligente »
  • « Un territoire énergies durables »
  • « Circuits courts »
  • « Mobilité rurale et intelligente »
  • « Tourisme »
  • « Formation et transition vers l’emploi »
  • « Apprendre et apprendre à entreprendre »
  • « Bien et mieux vieillir, bien et mieux connectés »
  • « Culture et transcommunalité

2 projets stratégiques :

  • « Axe Nationale 5 / E 420 »
  • « 2morrow Track »

 

 

 

 

 

Un plan stratégique

La troisième série d’ateliers participatifs, réalisés en septembre 2016, a permis d’aboutir à un plan stratégique pour l’Entre-Sambre-et-Meuse, qui traduit une triple volonté :

  • L’ouverture vers l’ensemble des acteurs qui, à l’intérieur et à l’extérieur de l’arrondissement, souhaitent œuvrer au redressement du territoire ;
  • La mobilisation de ces mêmes acteurs afin de travailler ensemble, de partager des objectifs communs et de dégager de nouveaux moyens ;
  • Fixer des priorités tout en restant ouverts et perméables à la créativité et l’innovation des acteurs mobilisés.